Le crime de sa Majesté – Queensrÿche inédite 1

Publié : 12 novembre 2013 dans Inédites
Mots-clés :,

QueensrycheJ’ai souvent dit que j’avais d’abord fait ARSENIC pour me faire plaisir. Au début, je voulais surtout donner une visibilité aux groupes de l’Abitibi et du Québec. Puis, quand le fanzine a commencé à prendre de l’ampleur et que des bands d’envergure internationale ont commencé à débarquer à Rouyn-Noranda, j’ai commencé à multiplier les entrevues avec les grosses pointures. Les labels se sont mis à m’offrir toutes sortes d’opportunités et parfois, selon mes goûts, je sautais sur l’occasion. Ce fut le cas avec Queensrÿche, un de mes groupes préférés de tous les temps. J’ai fait deux entrevues avec le groupe. Les deux n’ont jamais été publiées, faute d’espace. Je vous les présente coup sur coup cette semaine. D’abord, la première que voici.

Par Martin Guindon

Cette entrevue remonte à 2006, à l’époque d’OPERATION : MINDCRIME II. Je devais la faire avec Geoff Tate, mais le pauvre avait des problèmes de voix et était plus préoccupé par son médecin que par votre humble serviteur. Comment lui en vouloir? Heureusement, on m’a refilé mon membre préféré du groupe, le batteur Scott Rockenfield, que j’ai toujours admiré, surtout pour son travail sur leur album culte OPERATION : MINDCRIME [EMI, 1988]. Dans cet entretien, on retrace d’abord le passé de Queensrÿche, puis on aborde MINDCRIME II avec un Scott Rockenfield particulièrement sympathique, généreux et volubile, lors du passage du groupe à Montréal, en novembre 2006.

Comment tout a-t-il débuté pour Queensrÿche, il y a quoi, 25 ans déjà [en 2006!]?

Oui, 25 ans, en plein ça. Je vais essayer de rester dans le domaine du résumé ici. Tout a débuté en 1981. Nous étions des amis au «high school», à Seattle. En sortant du high school, on s’est vite rendu compte qu’on partageait certains buts. On a décidé de se regrouper et de faire de la musique ensemble. C’est devenu une sorte de machine de création pour nous. On avait plusieurs choses en commun et la chimie était là. On a fait notre premier album en 1982, un EP de quatre chansons, tout simplement intitulé QUEENSRYCHE [EMI, 1982]. Nous étions tellement excités face à ce projet qu’on y a investi tout notre argent. On a travaillé dans des emplois de jour pour amasser de l’argent et se payer du temps de studio pour l’enregistrer. C’était tellement à notre goût qu’on a sorti l’album sur notre propre compagnie de disque. L’album s’est retrouvé un peu partout dans le monde, a généré une bonne couverture médiatique et environ un an plus tard, on était signé à un major label.

D’ailleurs, ce n’est pas Kerrang!, en Angleterre, qui avait déclaré que vous étiez «la prochaine grosse révélation» ou quelque chose de cet ordre? Et Kerrang!, dans les années 80, c’était comme une bible du métal en Europe.

Oui, absolument. C’est une des choses qui nous ont vraiment donné un bon coup de pouce, ce commentaire dans Kerrang! Ce magazine avait tellement d’impact en Angleterre et en Europe. Ils avaient fait une très bonne critique de l’album et disaient, genre, «si vous n’avez jamais entendu parler de ce groupe, ça ne saurait tarder». Ça nous a aidés à vendre des albums, mais ça a surtout ouvert les yeux de compagnies de disques et d’autres magazines. Imagine, à ce stade-ci, on n’avait pas encore vraiment joué un spectacle. On ne faisait que jouer de la musique par nous-mêmes, et on avait des compagnies de disques qui venaient nous voir jouer à Seattle dans notre local de pratique. En fait, on a même été signés sur EMI avant même d’avoir fait un concert. Une fois signés, on s’est mis à faire des shows. On est restés avec EMI pour genre 7 albums, de 1984 au milieu des années 90. Par la suite, on a changé de labels à quelques reprises, après que EMI America a fermé ses portes. On est allé sur Atlantic, et nous sommes maintenant sur Rhino [une division de Warner].

«En fait, on a même été signés sur EMI avant même d’avoir fait un concert. Une fois signés, on s’est mis à faire des shows»

Je vous ai connus avec THE WARNING [EMI, 1984]. C’était avec le clip de la chanson titre, tourné lors d’un concert au Japon, si ma mémoire est bonne…

Oui, c’est bien ça. Évidemment, c’était bien notre genre d’aller au Japon lors de notre toute première tournée. Nous étions tellement jeunes, je devais avoir 18 ans. On va là-bas, et on se dit : «filmons ce concert», qui était pratiquement un de nos premiers à vie, et sortons-le! Wow, l’art de se mettre de la pression. Mais on l’a fait, c’est devenu cette cassette LIVE IN TOKYO qui a toujours circulé par la suite.

Comme la plupart des fans, sans doute, j’aimais bien la chanson titre et «Take Hold Of The Flame» sur cet album, mais j’étais surtout un fan de «NM 156» qui était, au fond, un aperçu de ce qui s’en venait avec RAGE FOR ORDER [EMI, 1986].

Ouais, tout à fait. Martin, tu as bien fait ta recherche, j’adore ça! [rires]

Nah, je n’ai aucun mérite, Scott. Je suis tout simplement un fan depuis les débuts…

Ça va, mais c’est super de pouvoir parler avec quelqu’un qui peut ainsi m’alimenter en sujets sur lesquels je peux m’étendre. Et tu as raison. «NM 156», quand nous écrivions l’album, nous étions en Angleterre et on travaillait avec James Guthrie, qui a fait THE WALL avec Pink Floyd. Nous étions jeunes et affamés. Nous avons vraiment fait cette chanson une fois en studio et on voulait essayer différentes choses avec des machines et de l’échantillonnage, des patterns à l’ordinateur. Eh oui, ça nous a en quelque sorte préparés pour ce qui s’en venait avec RAGE FOR ORDER, où nous avons vraiment fait un saut dans l’univers technologique, utilisant d’autres instruments que la guitare, la basse et la batterie. Je pense que même encore de nos jours, on essaie toujours d’innover, de se pousser dans différentes directions à chaque album. Tu as bien raison, je crois que «NM 156» fut un tournant dans notre carrière, quand est venu le temps de vraiment définir notre son.

RAGE FOR ORDER était vraiment un excellent album. Il sonnait vraiment bien. Neil Kernon [Cannibal Corpse, Ozzy Osbourne] avait vraiment fait un boulot admirable.

Merci. C’est un album qui occupe une place particulière dans le cœur de chacun d’entre nous, en effet. C’était un album important pour nous. On y avait beaucoup expérimenté et ça nous a menés à des endroits très intéressants, musicalement.

C’est en effet là que vous avez pris votre virage plus progressif. Le EP et le premier album étaient définitivement dans un heavy plus traditionnel.

Tout à fait. On était encore jeunes. On essayait de se trouver un son, une route à suivre ensemble, en tant que groupe. Sur le EP et THE WARNING, ce sont surtout nos influences qui ressortent. On était de fans de groupes comme Judas Priest et Iron Maiden à l’époque. Sur RAGE FOR ORDER, on a vraiment commencé à trouver notre voie et à concevoir notre propre son. Cet album est vite devenu le tremplin qui nous a menés à OPERATION:MINDCRIME.

«Sur RAGE FOR ORDER, on a vraiment commencé à trouver notre voie et à concevoir notre propre son»

Oui, on y arrive [rires]. Je voulais juste aborder le fait que vous aviez interprété la chanson «Gonna Get Close to You», de la Canadienne Lisa Dalbello, sur cet album. Comment est-ce arrivé?

C’est juste arrivé. À cette époque, alors qu’on faisait RAGE, on se faisait écouter de la musique, les uns et les autres. Je crois que c’est Geoff qui est arrivé un jour avec l’album de Lisa Dalbello. On avait tous bien aimé l’album et on s’est dit que ce serait cool d’en reprendre une chanson. C’est quelque chose qu’on n’avait jamais vraiment fait, d’interpréter la chanson de quelqu’un d’autre. Même à ce jour, on en a très rarement fait. Mais cette chanson semblait très bien s’intégrer à cet album. La voix de Geoff s’y prêtait bien aussi.

L’heure est arrivée de parler enfin de l’album classique de Queensrÿche, OPERATION : MINDCRIME. Qu’est-ce qui vous avait poussés à l’époque à faire un album concept?

Même avant de faire notre premier album, on savait tous que ça allait arriver un jour. Nous sommes tous des fans des mêmes genres de musiques que ce soit du rock, du métal, mais aussi du progressif, comme Pink Floyd, Rush et Genesis. Et ces groupes-là avaient souvent l’habitude de faire des albums à thèmes, des albums concepts. Surtout Pink Floyd. C’était quelque chose qu’on voulait faire un jour. RAGE FOR ORDER était complété, nous avions tourné et nous avions essayé de trouver notre voie… on se sentait beaucoup plus confortables en tant que groupe. MINDCRIME nous a paru être la prochaine étape, à ce stade de notre carrière. On était en colère et agressifs, jeunes et désireux de faire un album. Tout y était!

Et MINDCRIME marque une sorte de retour à une musique rock plus épurée…

Tout à fait. C’est plus cru que sur RAGE FOR ORDER, en termes d’approche… Ce qu’on essaie de faire quand on fait un album, c’est de bien cerner où nous en sommes dans nos vies et comment on veut traduire tout ça musicalement. Pour MINDCRIME, on voulait faire un album puissant, progressif et qui provoque une certaine réflexion, en s’inspirant de l’actualité du moment… du moins, j’imagine.

J’ai lu que Geoff a écrit cet album à Montréal [merci Simon!]?

Oui, en effet. À l’époque, il avait un pied-à-terre ici à Montréal et faisait la navette. En fait, il n’avait pas vraiment un lieu de résidence pendant quelques années. Il se promenait entre Seattle et ici, il connaissait des gens dans les deux villes. Pour écrire l’album, il avait absorbé un peu ce qui se trouvait dans son atmosphère, comme on le fait tous dans le fond. Geoff était le principal parolier et il s’est mis à créer cette histoire vraiment intéressante basée sur les choses qu’il vivait à l’époque, que ce soit des événements politiques ou ce qui se passait dans le monde. C’était à l’époque de Reagan [Ronald, président républicain des États-Unis de 1981 à 1989]. Il a voulu créer cet univers dans lequel on pourrait aussi créer de la musique.

Croyiez-vous à l’époque que cet album allait avoir cet impact dans la scène métal? Car encore à ce jour, OM est considéré comme un album important.

On est vraiment heureux que les gens aient aimé autant l’album. C’est comme ça qu’on le prend. Ce fut définitivement une pierre d’assise de notre carrière et ça a duré vraiment longtemps. Ce qu’on essaie de faire, Martin, quand on fait un album, c’est d’abord de nous plaire à nous même. On fait de la musique que l’on aime faire. Je compare la création musicale à la peinture. On peint quelque chose au moment de la création et on ne pense pas vraiment au monde extérieur. On commence par se faire plaisir. MINDCRIME en est une preuve. Et ça a vraiment touché une corde sensible chez les gens, chez nos fans. Et ça dure! Ça fait juste prouver, je crois, que si tu es un musicien et que tu fais quelque chose dans lequel tu crois vraiment, ça peut rapporter ne serait-ce que par son honnêteté.

«MINDCRIME a vraiment touché une corde sensible chez les gens, chez nos fans. Et ça dure!»

MINDCRIME est certes mon album préféré de Queensrÿche, mais c’est aussi mon préféré pour le jeu de batterie. Sentais-tu que tu atteignais de nouveaux sommets à ce moment?

Tu sais, on faisait ce qu’on avait à faire dans le temps, c’est tout. Je jette une oreille à cet album régulièrement et je me souviens de chaque moment que j’ai passé à l’enregistrer et ce qu’il m’a permis d’apprendre. C’est un très bon album pour moi. J’y suis vraiment très attaché. À ce stade de ma carrière, je pense que j’avais beaucoup appris et que ça paraît dans ce que je fais. Plusieurs de mes fans, je veux dire qui admirent le batteur en moi, m’ont dit que j’ai été une inspiration pour eux à partir de cet album. L’album a été une grosse inspiration pour plusieurs batteurs dans le monde entier et ça me fait vraiment un petit velours. J’étais à un point où je voulais tout simplement être le plus unique possible et ajouter ce que je pouvais à la musique. Je crois avoir fait ça pour chaque album, ils sont juste tous différents [rires].

Je vous ai vus en tournée à Chicoutimi à l’époque. Vous faisiez la première partie de Metallica. Ça doit vous avoir donné une très bonne visibilité.

Oh oui, vraiment. On venait de terminer MINDCRIME et peu de temps après, nous étions déjà en train de tourner. Cette tournée avec Metallica s’est avérée une superbe opportunité pour nous. Les gars étaient vraiment sympas. Nous avons tourné quelques mois en Europe avec eux, puis on est revenu pour une tournée des États-Unis et du Canada. C’était vraiment une bonne affaire pour nous. Ça nous a vraiment permis de percer. Je crois que c’était aussi une des premières tournées d’envergure pour Metallica en tête d’affiche. On a beaucoup appris et acquis beaucoup d’expérience avec eux. Puis, on a fait une tournée trois ou quatre mois avec Def Leppard, rien de moins, qui nous a exposés encore plus et ce, à un auditoire totalement différent. C’était vraiment super. Ce furent de vraies catapultes pour nous. La fin des années 80, avec la sortie de MINDCRIME et ces tournées, nous a vraiment propulsés de l’avant. À un point tel que pour notre album suivant, EMPIRE [EMI, 1990], nous avons pu jouer comme tête d’affiche sur des tournées d’arénas. Nous avons pu présenter MINDCRIME dans sa version intégrale, chose qu’on n’aurait pu faire auparavant parce qu’on jouait toujours en première partie.

J’ai aussi vu cette tournée. Parlant d’EMPIRE, cet album comprend le méga hit «Silent Lucidity», qui vous a certes permis de percer commercialement. J’ai entendu cette chanson sur toutes les radios commerciales à l’époque… Vous attendiez-vous à ce que cette ballade obtienne un tel succès?

Encore une fois, on a simplement écrit cette chanson à l’époque parce que c’était quelque chose qu’on avait envie de faire. Mais quand on l’a terminée, toutefois, on s’est assis pour l’écouter attentivement et on a vite réalisé qu’elle avait tout un potentiel. Nous en étions vraiment satisfaits. Et elle a connu tout un succès. Elle a vraiment accroché plein de gens. Elle a fait le Top 40 sur toutes les radios d’Amérique, que ce soit au Canada ou aux États-Unis, et même en Europe. Ça nous a vraiment exposés à un tout nouvel auditoire et ce fut très bon pour nous. Certains des fans qu’on est allé chercher avec cette chanson nous suivent encore à ce jour.

C’est drôle, parce qu’à chaque fois que j’entends cette chanson, je ne peux m’empêcher de penser au concert que je suis allé voir au Colisée de Québec, dans le temps. Il y avait beaucoup de mères avec leurs enfants qui étaient là pour entendre «Silent Lucidity», et je crois qu’elles ont été pas mal renversées par ce qu’elles ont vu et entendu [Martin: surtout le set de Warrior Soul, avec un Kory Clarke déchaîné!]. Certaines de ces mères devaient se demander qu’est-ce qu’elles pouvaient bien foutre là!

C’est drôle, parce que je me rappelle maintenant très clairement de cette époque, maintenant que tu en parles. On voyait dans la première rangée ou partout dans l’aréna tout plein de gens qui n’avaient vraiment aucune idée de ce qu’ils pouvaient bien foutre là. Ils ne connaissaient rien de nous, sauf pour «Silent Lucidity», et ils devaient croire que ce serait un show dans ce ton-là. Et nous, on leur envoyait MINDCRIME en pleine face! Imagine, on ne jouait «Silent Lucidity» qu’à la toute fin du show. Ils devaient vraiment passer à travers tout le concert pour entendre leur toune! Mais je crois que certaines de ces personnes ont bien aimé le show et qu’on les a converties. C’est quand même impressionnant, tout ce qu’une chanson peut faire pour un groupe. Certains groupes n’ont qu’UNE chanson qui a pu faire quelque chose pour eux, mais nous, heureusement, ne sommes pas l’un d’eux. Nous avons survécu quand même pendant 25 ans.

Après EMPIRE, vous avez commencé à me perdre, toutefois. J’ai bien aimé PROMISED LAND [EMI, 1994], mais par la suite, j’ai vraiment perdu tout intérêt dans ce que vous faisiez, jusqu’à OPERATION : MINDCRIME 2. Quel était exactement le but à atteindre pour le groupe durant ces années?

Comme j’ai dit plus tôt, on faisait ce qu’on sentait qui était la bonne chose à faire à l’époque comme groupe. Après EMPIRE, on a continué à se tourner vers le progressif. PROMISED LAND est l’un de mes albums préférés. Nous avons eu du plaisir à le faire et ce fut une expérience assez particulière pour moi, sur le plan personnel. Nous vivions ensemble sur une île, avec un studio que nous avions monté et une maison qu’on avait fait construire. On a fait l’album dans un contexte vraiment plaisant et cet album occupe une place spéciale dans mon cœur. Nous avons expérimenté pas mal sur cet album, qui était aussi un concept, quelque chose que j’ai toujours aimé faire. Sur HEAR AND THE NOW FRONTIER [EMI, 1997], nous étions motivés par différentes choses et cet album reflète la musique qu’on faisait à ce moment. Comme j’expliquais plus tôt, on fait des albums comme on fait des peintures.

Donc, quand tu jettes un œil ou une oreille sur ces albums, tu sens qu’ils sont aussi importants que tous les autres de votre discographie?

Écoute, ils sont tous importants, parce qu’ils nous ont permis d’avancer continuellement vers où nous sommes aujourd’hui. Mais est-ce que je les apprécie tous? Non, tout comme toi, j’ai des préférés et d’autres qui ne sont pas mes préférés. Je dis souvent que si je suis content à 80% avec le matériel que je retrouve sur un de nos disques, alors je vis très bien avec cet album. Nous sommes cinq gars dans le groupe, et on ne sera pas toujours tous d’accord sur ce qu’on devrait faire et quelles chansons devraient se retrouver sur l’album. Il faut faire plusieurs compromis et discuter. Je ne crois pas qu’avec cinq gars, on puisse être continuellement d’accord avec 100 % de ce qui se retrouve sur nos albums. C’est un peu comme un mariage, tu sais [rires]. C’est un peu comme nos enfants, quoique je ne favoriserais jamais un enfant au détriment d’un autre, mais on les apprécie tous pour des raisons différentes. C’est un peu comme ça pour nos albums.

Après Q2K [EMI, 1999], vous avez fait une pause de quatre ans avant de sortir le prochain disque. Certains d’entre vous ont profité de l’occasion pour sortir un album solo, dont toi, à moins que je ne me trompe.

Oui, c’est vrai. En fait, j’en ai sorti quelques-uns au fil des ans. J’ai sorti un premier album en 1996 avec un pote à moi, à Seattle. C’était de la musique instrumentale, Je jouais de la batterie, et lui de la guitare. Nous jouions aussi tous les deux du clavier et nous avons fait une couple d’albums ensemble, dont le premier fut la trame sonore d’un film d’animation [TeleVoid, du réalisateur Mike Boydstun] qui nous a valu une nomination aux Grammy’s. J’ai aussi fait un projet solo appelé The X Chapter, avec de la musique composée et jouée par moi. J’ai aussi un autre groupe dans lequel je joue, Slaves to the System [avec l’ex-Queensrÿche Kelly Gray, guitares], avec lequel on fait du rock. Nous avons des chansons qui ont joué à la radio cette année. Notre nouvel album a fait le Top 30 aux États-Unis. Je crois que j’ai eu genre huit autres projets hors de Queensrÿche au cours des dix dernières années, finalement. Tu sais, j’essaie de diversifier un peu tout ce que je fais et d’avoir du plaisir.

J’ai lu que Chris DeGarmo ne serait jamais remplacé dans le groupe. Pourtant, Mike Stone fait partie de Queensrÿche depuis 2004. Quel est donc son statut au sein du groupe?

Non, Mike Stone est dans le groupe depuis quoi, quatre ou cinq ans finalement. En fait, il a joint au début de 2003. Il s’est simplement avéré un parfait match pour nous et ce que nous faisons musicalement ces jours-ci. Je ne peux vraiment prédire qui va rester dans le band, à la limite, qui sait ce qui peut arriver à quiconque d’entre-nous, mais pour le moment, on va de l’avant et Mike un bon élément. On ne voit pas de raison de changer quoi que ce soit. Chris a quitté en 1997 pour d’autres intérêts, notamment du côté familial, et d’autres choses aucunement liées à la musique. On s’est quitté en bons termes. Ce qui est arrivé pour TRIBE, c’est qu’on était toujours ouvert à la communication avec lui. Il ou l’un de nous est entré en contact avec lui et l’idée est venue en discutant de coécrire des chansons ensemble. Il l’a fait. Et dès le départ, il a manifesté qu’il n’avait aucun intérêt à tourner avec nous ou de revenir au sein du groupe. Il voulait juste contribuer quelques chansons.

Est-ce que OPERATION : MINDCRIME avait été écrit avec l’intention d’en faire un jour une suite? Je veux dire, certaines portes ont été laissées ouvertes à la fin du disque, mais encore…

Oui et non. À l’époque, on avait fait l’album sans même savoir quel impact il allait avoir. Pendant qu’on faisait le disque et que l’histoire se développait sous nos yeux, on voyait bien que c’était en train de devenir un concept vraiment cool, un peu comme si on faisait un film. Ceci dit, il y a toujours des moyens de finir un film pour permettre un jour la production d’une suite. Et je crois que peut-être qu’au départ on n’avait pas eu cette préoccupation, mais qu’à la fin, on s’est assuré de laisser ces portes ouvertes au cas où. Et là, en tournant pendant environ 2 ans et demi avec un spectacle qui reprenait MINDCRIME, on pensait que le moment était venu d’y aller d’une suite. On le revivait tellement, on s’est mis à en reparler. Geoff s’est mis à lancer des idées et on a finalement décidé de foncer. Et c’est sans compter le fait que nos fans nous achalaient avec ça depuis des années [rires].

Du côté de l’histoire, on se retrouve quoi, environ 20 ans plus tard? De toute évidence, Nikki cherche à se venger. La vengeance est vraiment une émotion riche dans laquelle on peut puiser beaucoup… Geoff doit vraiment s’être amusé ici. Parle-nous un peu du concept de cette suite.

L’album reprend en effet l’histoire quelque 18 ou 20 ans plus tard. On y retrouve des moments de flashback, pour expliquer des moments qui remontent au premier album, et ça fait ça souvent. On voyait nous aussi l’histoire se développer sous nos yeux. On devait prendre du recul parfois pour essayer de voir où s’en allait l’histoire pour celui qui allait écouter l’album. Vengeance est définitivement le meilleur mot pour décrire l’histoire. Pour le reste, il faut venir voir le spectacle [rires].

Et comment l’album a-t-il été créé? Où vouliez-vous aller, musicalement?

Une chose qu’on voulait faire, c’était de vraiment… bien, il a notamment fallu réapprendre les chansons du premier pour faire la tournée, parce qu’on ne réécoute pas nos albums continuellement. Et ça nous a donné l’opportunité de nous nourrir du matériel du premier album pour cette suite. Par exemple, pour mon jeu à la batterie, j’ai essayé de me remettre dans l’état d’esprit de l’époque. Il y a donc beaucoup d’agressivité, des éléments progressifs… je voulais faire un album rock, tu sais, et ramener le feeling du premier album, pour ne pas créer un fossé trop large musicalement entre les deux disques. On voulait donner un peu l’impression qu’on avait fait la suite au lendemain du premier MINDCRIME…

Et ça s’entend par moments. Certains éléments nous rappellent le premier album sur le plan musical.

Je suis content de l’entendre. Et plusieurs fans nous ont fait la remarque que l’on n’avait pas seulement produit un nouvel album pour l’appeler MINDCRIME 2. Les gens sentent qu’on a vraiment revisité le passé et qu’on a tenté d’apporter une certaine cohésion entre les deux albums. On voulait avoir quelque chose de «nouveau», mais tout en demeurant cohérents avec le premier MINDCRIME.

Vous ne trouvez pas ça un peu inquiétant de constater que les thèmes sociaux que vous avez tant décriés sur MINDCRIME soient encore actuels, près de 20 ans plus tard?

[rires] Non, mais, sérieusement… on l’impression que rien n’a changé aux États-Unis, Martin. C’est effrayant! En fait, c’est l’une des raisons qui nous ont menés à nous dire qu’on pourrait faire une suite. Pour Geoff, qui puise beaucoup dans son environnement social pour écrire, l’ère Bush est très similaire à l’ère Reagan de l’époque. Ça nous a donné une fondation sur laquelle bâtir cet album.

Wow, ces Républicains sont vraiment trop bons pour vous. Est-ce que vous votez pour eux aux élections? [rires]

Oui, ils sont vraiment très bons pour tout le monde, NOT! Mais sérieusement, je ne suis pas surpris que tu y aies vu des similarités sur le plan politique, parce que ce fut aussi le cas pour nous.

Comment avez-vous intéressé Ronnie James Dio [il incarne Dr. X] à votre projet? Je sais que Geoff a pris part au projet Hear ‘N Aid de Dio [Martin: une sorte de We Are The World métal en 1985], est-ce que ça l’a un lien?

En fait, c’est une combinaison de ça et du fait que la relation entre Ronnie et le groupe remonte à 1983. Nous venions de terminer notre EP et toutes les chansons pour THE WARNING étaient écrites, mais je ne crois pas qu’elles étaient enregistrées, et Ronnie nous a demandé pour jouer en première partie de sa tournée européenne. Ça a duré un bon deux ou trois mois et c’était définitivement une de nos plus importantes tournées à ce stade de notre carrière. On a alors pu faire amplement connaissance et il avait démontré beaucoup de respect à notre endroit. Nous étions aussi de grands fans de Dio. Au fil des ans, nos chemins se sont croisés constamment. Geoff a travaillé avec lui sur ce projet dont tu parlais. Ronnie n’a jamais été plus loin qu’un simple appel téléphonique de nous. Quand on a décidé de faire MINDCRIME 2 et de faire chanter Dr. X sur une chanson, on a simplement imaginé que Ronnie ferait bien la job. Le bout a été écrit en imaginant que c’était lui qui le faisait. On l’a appelé et il a accepté avec empressement.

«Quand on a décidé de faire MINDCRIME 2 et de faire chanter Dr. X sur une chanson, on a simplement imaginé que Ronnie [James Dio] ferait bien la job. Le bout a été écrit en imaginant que c’était lui qui le faisait»

Comment jouez-vous la dimension théâtrale? Est-ce comme quand je vous ai vus à la fin des années 80, avec Geoff qui joue le rôle de Nikki, ou bien vous avez des comédiens sur scène.

On a les deux. C’est la production la plus élaborée que nous n’ayons jamais faite, honnêtement. Il y a des bouts de film sur des écrans, en synchro avec la musique, ainsi que trois ou quatre comédiens sur scène en plus du band et de Geoff. Ils jouent des personnages pendant le concert. C’est un peu comme une comédie musicale sur Broadway, en quelque sorte, mais avec beaucoup plus d’agressivité. On a vraiment beaucoup de plaisir. Le groupe devient un peu la trame sonore de l’histoire qui se déroule sur la scène. On fait ce qu’on fait de mieux, soit jouer de nos instruments, et on laisse l’action se dérouler.

 

QUEENSRYCHE [2006]

Geoff Tate, voix

Michael Wilton, guitare

Mike Stone, guitare

Eddie Jackson, basse

Scott Rockenfield, batterie

 

Sur Internet

Metal-Archives Queensrÿche

Facebook Queensrÿche

Site officiel Queensrÿche

Metal-Archives Geoff Tate

Site officiel Geoff Tate

Publicités

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s